www.haringtonfrance.net votre site de référence francophone sur l'acteur Kit Harington depuis 2012
23 Jan 2017
Cet article a été rédigé par Marie

 
Article original

Le « Commander » Kit

Ses boucles gracieuses, ses yeux marrons intenses et sa bravoure nous ont fait succombé dès le départ, mais Kit Harington est plus qu’une épée et Snow.

Bien que nous adorions Kit Harington avec les cheveux attachés, il ne nous reste plus que deux saisons pour nous délecter de la crinière de Jon Snow dans Game of Thrones (la septième saison est actuellement en tournage à Belfast et sortira cet été). Les spoilers sur la célèbre série de HBO sont connus pour être difficile à trouver, mais un potin a récemment été révélé : Harington et quatre autres membres principaux de la série se sont associés pour négocier un salaire de 1,1$ million par épisode chacun. Il semble que Harington, le Londonien fils d’un homme d’affaire et d’une dramaturge, ait dépassé le stade de l’artiste qui meurt de faim. Après avoir obtenu son diplôme à la prestigieuse London’s Central School of Speech and Drama en 2008, il décroche tout d’abord le rôle principal dans War Horse à West End. Il joue ensuite dans Posh au London’s Royal Court Theatre. Peu de temps après, il réussit tellement bien sa première audition pour une série télévisée, qu’il doit très vite se sculpter des abdos pour le rôle du Lord Commander de la Garde de Nuit. Thrones a été bénéfique à l’acteur de 30 ans, lui permettant d’obtenir sa première nomination aux Emmys et des rôles de premier plan dans des films (il joue avec Dakota Fanning dans le western sombre Brimstone). La série lui a aussi permis de rencontrer sa petite amie Rose Leslie, également actrice dans Thrones, qui a survécu assez longtemps pour dépuceler son personnage. « Tu ne sais rien Jon Snow » lui lançait-elle. Harington a prouvé que lui, au contraire, savait pas mal de choses.

Elle : Jon Snow est connu pour avoir perdu sa virginité dans une caverne. Comment cela s’est-il passé pour vous ?
Kit : Pour moi, c’était moins original que dans une caverne. C’était lors d’un truc typique d’adolescent, à une fête. J’étais probablement trop jeune.
Elle : Trop jeune, c’est-à-dire vers 13 ans ?
Kit : Non, mais vous n’êtes pas loin. Je pense que la fille et moi voulions juste le faire. Soit tu continues et tu le fais, soit tu es trop jeune et tu décides de te débarrasser de ce problème.

Elle : Les rumeurs sur vous sont monnaie courante sur Internet. Est-ce vrai que l’un de vos ancêtres a inventé la première chasse d’eau pour la Reine Elizabeth I ?
Kit : C’est 100% vrai. Cela s’appelle « le John Harington ».
Elle : Attendez. On appelle tous les toilettes « the john » à cause de votre famille ?
Kit : Ouais. [Rires] Je suis content que ce ne soit pas « the Harington ». Ma famille a aussi écrit beaucoup de mauvaise poésie pour la reine. J’ai hérité des gènes de la mauvaise poésie, mais pas de ceux de l’invention.

Elle : Vous tournez Thrones en Islande. Est-ce que vous vous ennuyez lorsque vous travaillez dans des lieux isolés ?
Kit : J’adore ça. Nous sommes souvent au milieu de nulle part. Toute l’équipe et le casting est dans le même hôtel. Il n’y a pas de bar en bas de la rue, il n’y a pas de restaurant. Nous finissons à 4h de l’après-midi quand la nuit tombe, et il faut s’occuper toute la soirée. Cela peut sembler confiné et sans intérêt, mais c’est merveilleux parce que nous sommes comme une famille. Tout le monde sort de sa coquille parce que nous ne pouvons pas nous mettre devant des écrans. Nous devons échanger. Les gens apportent des jeux de société, des instruments.
Elle : De quels instruments jouez-vous ?
Kit : Nous avons un petit groupe. Je ne peux pas en dire plus. Je ne suis pas vraiment un musicien, mais je joue des percussions.
Elle : Et pour les jeux de société ?
Kit : Je joue au Risk. C’est sur la conquête du monde. En gros, c’est Game of Thrones en jeu de société. C’est de la stratégie.

Elle : Est-ce que vous avez commencé la comédie pour rencontrer des femmes ?
Kit : Peut-être que c’est une des raisons. On fait un peu le frimeur et on a de l’attention. Et l’attention vous apporte le sexe opposé parfois. Mais à l’époque où j’ai commencé l’école de théâtre, j’étais davantage préoccupé à vraiment devenir un acteur qu’à chasser les jupes.

Elle : Quand avez-vous pleuré pour la dernière fois ?
Kit : Je pleure tout le temps dans l’avion.
Elle : Pourquoi ?
Kit : Il y a quelque chose de romantique dans le fait d’être dans un avion et d’aller quelque part, et d’être en altitude… J’aime pleurer de temps en temps. Cela libère. Il y a des fois où je devrais pleurer, mais je ne pleure pas. Mais des mois après, je peux très bien marcher dans la rue et les choses refont surface, et je me retrouve à pleurer.
Elle : Qu’est-ce qui a déclenché vos dernières larmes dans un avion ?
Kit : Je regardais le film Eye in the Sky avec Helen Mirren. Alan Rickman venait de mourir, et je l’ai vu dans le film, et cela m’a beaucoup énervé. [Pause] C’était il y a longtemps. J’ai besoin de pleurer à nouveau.

Elle : C’est notre magazine TV. Beaucoup de gens utilisent la télévision comme babysitter. Qu’avez-vous appris à la télévision en temps qu’enfant, de bien et de mal ?
Kit : J’étais un grand fan de Sesame Street quand j’étais petit. Je n’avais pas le droit de regarder la télé quand j’étais malade et que je devais rester à la maison, parce que cela m’aurait encouragé à vouloir rester à la maison. La seule chose que j’avais le droit de regarder était Sesame Street. En fait, je parlais avec Peter Dinklage la dernière fois, et il m’a dit qu’il avait joué dans l’émission et j’étais là, vous pouvez mettre ceci en gras, je veux jouer dans Sesame Street. Ce serait un rêve pour moi. Je serais en admiration devant les marionnettes.

Elle : Jon Snow est connu pour être un personnage sombre. Aimeriez-vous joué un rôle qui soit complètement différent ?
Kit : Comme tout acteur, je suis devenu connu à travers un seul rôle et on me propose beaucoup de rôles similaires. Jon est un héros, c’est une bonne personne, c’est une personne morale, une personne un peu solennelle. Donc je reçois beaucoup de propositions de rôles héroïques et maussades. J’ai appris à les éviter maintenant. Sinon je vais devenir fou. J’aimerais faire de la comédie. Je ne suis pas un gars de comédie romantique. Mais j’aimerais jouer dans quelque chose de vraiment déjanté. Avec des gens complètement fous.
Elle : Si nous jouons nos cartes correctement, après cette interview, on va vous proposer Sesame Street et un drogué.
Kit : Ouais. Un drogué à Sesame Street. [Rires] J’espère que Sesame Street n’en voudra pas.