01 . HOME PAGE   |   02 . KIT HARINGTON   |   03 . FILMOGRAPHIE   |     |   05 . DOSSIERS   |   06 . ONLINE   |   07 . LE SITE   |  
Bienvenue sur Kit Harington France, votre unique site francophone sur l'acteur Kit Harington que vous connaissez sans doute pour son rôle de Jon Snow dans la série télévisée "Game of Thrones". Vous l'avez aussi certainement vu dans les films "Pompéi", "Mémoires de Jeunesse" et "Brimstone" mais aussi dans la mini-série "Gunpowder" dont il était producteur. Découvrez sur ce site toute son actualité, ses photos et interviews ainsi que les associations qu'il soutient. Retrouvez également toutes les informations sur ses prochains projets comme le film de Xavier Dolan, "The Death and Life of John F. Donovan" et la pièce de théâtre "True West" Bonne visite!
ST Men, Septembre/Octobre 2020
Criminal Saison 2
Le site n'est pas abandonné
Emmy Awards 2019

Comic Con : Jeff Bridges, Ben Barnes et Kit Harington parle de Seventh Son, des surprises pendant le tournage, des adaptations, et d’un jour « délirant » sur le plateau. – 26/07/13

ARTICLE ORIGINAL

Pendant le Comic Con lors d’une présentation dans le Hall H, les stars Jeff Bridges, Ben Barnes et Kit Harington ont présenté à la presse leur film d’action et d’aventure Seventh Son. Alors que le mal est déchainé et va relancer la guerre entre les forces du surnaturel et l’humanité, Maitre Grégory (Bridges) doit entrainer son nouvel apprenti (Barnes) pour combattre une magie noire unique en son genre.

Lors de l’interview, les acteurs nous ont parlé de ce qui les intéressaient dans le projet, de ce qui les a surpris le plus pendant le tournage, de comment les gens réagissent aux changements quand un livre est adapté au cinéma, et d’un jour particulièrement délirant sur le plateau. Voici ce qu’ils ont à dire ce propos.

Question : Chacun de vous est familier avec ce genre de projet, alors qu’a d’intéressant ce projet en particulier?

Jeff Bridges : C’est une merveilleuse saga de livres pour enfants, et le premier est « L’Apprenti Epouvanteur » (« The Spook’s Apprentice »), écrit par Joseph Delaney. Je suis un grand fan de mythes et de mythologie, et j’ai vu cela comme une chance de faire un mythe moderne. Cela parle aussi de bien et de mal. Mon idée est que le bien et mal sont les différentes faces d’une même pièce. Je suis tombé sur une citation qui m’a coupé le souffle. J’ai pensé, « Si nous pouvons réussir à faire penser cela aux gens, je veux faire partie de cela. » C’est d’Aleksandr Solzhenitsyn et la citation c’est : « Si seulement c’était si facile! Si seulement il y avait des gens mauvais quelque part, commettant sournoisement des meurtres, il suffirait de les séparer des autres et de les détruire. Mais la ligne qui sépare le bien du mal coupe le coeur de chaque être humain, et qui est prêt à détruire une partie de son propre coeur? » Et cela sonne juste pour moi. Je pense que c’est quelque chose d’évident dans le monde dans lequel nous vivons, mais certainement pas dans le passé. C’est quelque chose qui est un travail en cours pour nous les êtres humains. En tant qu’artiste, je vois cela comme notre devoir d’aider ce rêve de paix à se réaliser.

Kit Harington : Je voulais faire ce film parce que j’avais à travailler exclusivement avec Jeff Bridges et Julianne Moore, chose que je voulais vraiment faire quand j’ai découvert le casting. C’était vraiment excitant, un rôle bourré d’action. C’était très drôle.

Ben Barnes : J’ai déjà fais quelques films dans le monde de la fantaisie avant, mais je pense que beaucoup de films sont présentés comme une allégorie du bien contre le mal, et qu’ils ont des sous entendus très intéressants. Trop peu souvent les personnages sont vraiment explorés, jusqu’aux dilemmes qu’ils doivent surmonter, dans leur approche de ce qu’ils sont en train de faire. Je pense que tout ce concept de bien contre le mal, et que vous êtes mauvais si vous essayez de tuer ou d’assassiner quelque chose que vous croyez être mal, sont des dilemmes avec lesquels les personnages se battent, et particulièrement mon personnage, en tant qu’apprenti. Il est novice face à cela, mais il sait qu’il est fait pour quelque chose de plus important dans ce monde. Comment cela va se passer est une chose qu’il ne sait pas, ainsi que l’idée du destin qui est au dessus de ça. Il y a thématiquement beaucoup de choses intéressantes.

Et Jeff [Bridges] a été un de mes héros quand j’étais très jeune. Il l’est, encore plus maintenant, depuis que j’ai travaillé avec lui. J’ai rencontré (le réalisateur) Sergei [Bodrov] à Los Angeles. Nous étions assis, regardions l’océan et parlions de toute sorte de choses intéressantes. Il m’a juste présenter cela. J’avais lu un des livres, à ce moment là, et maintenant j’ai lu 6 d’entre eux. Ils sont plutôt intéressants, ce sont des livres spéciaux. Ils sont un peu microcosmiques et sont particuliers au nord de l’Angleterre, mais ils ont ces thèmes incroyables qui durent tout au long et ces personnages géniaux. Donc, nous avons adapté les choses du livre. Nous ne prétendons pas faire une dramatisation des livres absolue et complète visuellement. C’est quelque chose de nouveau et d’excitant. Mais je sais que c’est la vision de Sergei, avec des fantômes, des sorciers et des créatures, qui se transforment en d’autres créatures et sorcières, c’était une idée vraiment cool, et le ton sur lequel cela allait être donnerait quelque chose de très différent de ce que chacun de nous avait fait auparavant. Je suis excité.

Question : Y’a t-il des choses que vous avez pris dans le livre et qui vous ont aidé pour votre jeu?

Barnes : Quand le trailer est sorti, j’étais très excité de le voir. Je l’ai vu sur Youtube, le premier jour où il est sorti, pour voir les premiers commentaires, mais ensuite vous évitez ce genre de choses. Je ne cherche pas à lire les critiques, jamais, mais c’est difficile, même quand vous êtes en train de regarder une vidéo parce qu’elles apparaissent. Ils sont là, « Oh non, ils l’ont ruiné! Il est sensé avoir 13 ans! » Et vous pensez, « Ils sont tous sur moi alors que je n’ai encore rien fait. » Mais parfois ces trucs doivent être vus. L’imagination des autres entre en jeu, et vous devez réserver votre jugement jusqu’à ce que vous aillez vu le truc en entier, dans son contexte et en entier. Je pense que cela va être plutôt cool.

Question : Qu’est-ce qui vous a le plus surpris en travaillant sur ce film?

Bridges : Je me souviens, nous étions en Alberta, nous avons eu un moment délirant. Nous étions au dessus du monde dans cette montagne. C’est un endroit mentionné dans le script, et Sergei l’a trouvé. Nous n’avions pas besoin d’effets spéciaux. C’était là. Et nous sommes allés là et nous avons tourné, et c’était délirant d’être en hélicoptère là-bas. C’était terrifiant. C’était une expérience peu commune.

Barnes : Il y eu le jour où il y avait de la foudre. Nous ne pouvions pas courir et nous cacher sous les arbres, les arbres ne faisaient que 60 cm de haut et il pleuvait. Toutes les 5 minutes, il y avait les guides de montagne qui étaient là, « Tout le monde sous les arbres! », et alors 200 personnes allaient se cacher sous ces buissons de 60 cm, et se disaient, « S’il vous plait, ne me tuez pas, foudres du temps! »

Bridges : Et ensuite, il y a eu une annonce, dont je ne suis pas sûr si c’était vrai ou pas, qui disait, « Faites attention et ne sortez pas de nourriture car il y a un grizzly, juste de l’autre côté de la rivière. »

Barnes : C’était le même jour. C’était un jour terrifiant.

Harington : J’ai travaillé sur des projets de ce genre avant, mais ce qui était intéressant dans celui-ci était de travailler dans une catégorie de film différente dans le même genre de film. Les gens semblent oublier qu’il y a différentes catégories de film parfois. Ils regroupent tout dans la fantaisie ou dans la science fiction, mais dans ces genres, il y a d’autres choses. C’était une forme différente de toutes celles que j’ai fais. C’était un mélange merveilleux entre l’ombre et la lumière. Il y a dedans les éléments du roman pour enfants, et il y a aussi des éléments sur les actes horribles qui peuvent être fait par les humains. Je pensais que c’était un mélange vraiment intéressant à jouer.

Question : Jeff, quel a été votre jour préféré sur ce tournage?

Bridges : Celui que je vous ai raconté, en haut de cette montagne, c’était vraiment délirant. C’était le dernier jour, et tout arrivait à son apogée. Comme je le fais souvent sur mes films, je prenais des photos. Je n’ai pas encore fait l’album, mais vous verrez ces photos et vous verrez le haut de la montagne dont je vous parle. Il a eu un autre moment qui était vraiment inhabituel, quand j’étais terriblement malade. J’ai été couché pendant 10 jours, avec une terrible infection bronchiale, et ils m’ont donné des stéroïdes. Si vous n’avez jamais pris de stéroïdes, c’est très bizarre. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais cela vous donne toute sorte d’émotions bizarres. Et vous ne pouvez pas vous arrêtez d’en prendre. Vous devez vous les enfiler. Donc, j’ai travaillé pendant quelques jours sous stéroïdes, et c’était vraiment incroyable. J’étais maniaque. C’était vraiment dingue!

Question : Si vous pouviez ramener chez vous un des objets du monde de ce film, qu’est-ce que cela serait?

Harington : Je l’ai fait! Je l’ai volé sur le plateau. C’est ce joli petit collier que je portais. Notre géniale costumière l’a créé à partir de quelque chose qu’elle avait. C’était une petite bourse avec une petite Bible dedans, c’était de Chine ou par là. C’était très petit. Elle en fait plusieurs afin qu’ils puissent être portés, et je me suis enfui avec à la fin du film.